Credit

Le phénomène trading binaire gagne aussi la Suisse

C’est aux États-Unis d’Amérique et plus précisément dans l’Illinois à Chicago que sont nées en 2008 les options binaires. Ces produits financiers d’une simplicité déconcertante ont traversé l’Atlantique en 2010, depuis elles ont séduit de nombreux investisseurs particuliers dans la zone Euro. Alors qu’aux USA le lancement de ses produits dérivés novateurs s’est accompagné de la mise en place par la SEC (Securities and Exchange Commission) d’un système d’accréditations à l’émission d’options binaires listées et standardisées délivrés. C’est la raison pour laquelle on retrouve des options sur des marchés réglementés comme l’AMEX (l’American Stock Exchange) ou le Chicago Board Options Exchange. En Europe bien que les options binaires ne soient pas proposées sur des marchés règlementés, pour autant c’est une activité réglementée par les agences de régulation telles que la CySEC Chypriote, l’AMF Française ou la FCA Anglaise qui délivrent des licences de régulation aux brokers sur options. La Suisse en tant que partenaire économique et financier privilégie de l’Union européenne reconnait la validité des décisions des régulateurs cités précédemment. En revanche les brokers sur options installés en Confédération Helvétique doivent se plier à la législation financière Suisse.

Quid des brokers options binaires en Confédération Suisse ?

La grande majorité des courtiers proposant leurs services dans la nation helvète sont des brokers régulés, à l’instar de Topoption, 24Option, Option Time, OptionWeb, et AnyOption. La légalité et la conformité aux directives énoncées par l’organisme de certification chypriote la CySEC est garantie à travers la licence de courtier régulé délivré par le dudit organisme, mais aussi des organismes de surveillance des marchés financiers. Ainsi pour les traders suisses en options binaires, investir sur les plateformes de trading en ligne de ses acteurs ayant reconnu la directive MifiD est un gage de sécurité pour leurs fonds. En effet les agréments délivrés pour ses courtiers nécessitent que les comptes des utilisateurs soient séparés de ceux du courtier.

Quels types d’options binaires peuvent être tradées

Les ressortissants Suisse pourront avoir accès aux mêmes produits que les traders européens, quelle que soit la langue parlée, même si malheureusement pour les 60000 personnes l’utilisant, il n’y a pas à l’heure actuelle de traduction en langue romanche. En revanche l’Allemand, le Français et l’Italien sont disponibles, sans oublier l’Anglais une langue largement utilisée en Suisse. Les citoyens suisses pourront eux aussi gouter aux joies du trading binaire en spéculant avec les différents types de contrats, « High/Low », « Range », « Touch/No Touch », avec des rendements exceptionnels allant de 65% à 350% du capital investi. Les traders pourront choisir de spéculer sur des actifs issus des marchés financiers sont les devises du Forex tel que la paire CHF/EUR, les actions comme Facebook, les matières premières comme l’once d’or, ou les indices comme le NASDAQ. Bien que relativement simple à utiliser, le trading sur option binaire comporte comme toute transaction boursière, une part de risque de perte des capitaux investis. Il convient alors de bien se former avant de se lancer à l’assaut des marchés financiers.

 L’exonération ou le dégrèvement de taxe d’habitation 2014 est désormais applicable en Belgique. Pour cette année 2015, les personnes bénéficiant l’un de ces régimes ne paieront pas ou régleront une partie de leur taxe à hauteur du plafond imposable. Ces allègements sont applicables aux personnes habitant dans un immeuble ou une maison, soumis à quelques conditions. 

Qui bénéficient de cette exonération de taxe ? 

Une personne bénéficiant d’une exonération de taxe est soumise sous certaines conditions. En application au régime belge, les individus non taxés à l’habitation 2014 sont ceux dont la ressource est insuffisante. Il peut s’agir d’une personne ne vivant que d’une allocation supplémentaire d’invalidité ou d’une allocation de solidarité aux personnes âgées, dont le revenu est inférieur à 10000 euros par an. Les personnes âgées de 60 ans et plus, ainsi que les personnes veuves qui ne sont pas soumises à l’ISF dit Impôt sur la Fortune. Les personnes n’ayant pas la capacité physique les contraignant à vivre aux dépends des autres, autrement dit les handicapés et les infirmes. A noter que si une personne dans un logement présente un de ces cas, les personnes habitant le même domicile sont automatiquement exonérées. 

Conditions d’exonération 

Pour que cette exonération soit valide, il faut que le revenu fiscal des personnes concernées doit être en dessous du plafond de revenu de référence, soit 10686 euros pour la première part et 2583 euros pour la supplémentaire. Le nombre d’occupants bénéficiant de cette exonération ne doit pas dépasser le chiffre 2, en d’autres termes, soit la personne concernée vit toute seule, soit elle est habite avec son partenaire légal (son mari). Sauf exception, ces personnes s exonérées peuvent cohabiter avec des personnes à leur charge ou des personnes possédant la même allocation. Par ailleurs, l’exonération de taxe d’habitation reste favorable pour les personnes de plus de 60 ans et les veufs ou veuves, dans le cas où ils habitent avec leurs enfants majeures n’ayant pas d’emploi ou sont incapables mentalement. Les personnes en maison de retraite ou en soins continue sont évidemment libérées des taxes d’habitations. 

En ce qui concerne le dégrèvement partiel 

Le dégrèvement partiel est défini comme un plafonnement de la taxe d’habitation établi à 4,3% du revenu de référence, soustrait à un abattement de taxe d’habitation calculé en fonction de la dimension du logement fiscal. Les contribuables ne répondant pas au profil d’une personne exonérée mais dont leur revenu fiscal de l’année précédente est inférieur à un plafond de revenu, peuvent octroyer un dégrèvement partiel de leur taxe d’habitation.

Taxe d’habitation, peut-on la contester ?

 Il est possible de contester une exonération ou un dégrèvement de taxe d’habitation dans le cas où le service des impôts a fait une omission. Pour ce faire, l’intéressé doit adresser une requête auprès du bureau administratif lié à l’exonération d’impôt. Cette demande doit être envoyée avant la fin de l’année qui suit, autrement dit avant le 31 décembre 2015 pour l’impôt 2014. La réclamation peut être directement envoyée en ligne via le site de l’impôt, également par courriel. A noter qu’il est impératif d’envoyer un justificatif démontrant l’omission d’exonération ou de dégrèvement de taxe d’habitation.